Faut-il ou non se passer de notre Sophie nationale ?

Jeu et éducation

Depuis des années, les parents vivent avec la présence de Sophie la Girafe à leurs côtés. Ce jouet de la marque Délacoste a largement dépassé les 50 millions d’exemplaires vendus sur le territoire national en 50 ans de production. Cependant, depuis 2011, la polémique sur les risques qu’elles présentent sur la santé des petits tend à remettre en cause la décision des parents. Alors, faut-il ou non se passer de Sophie la Girafe ?

Sophie pour le développement facile des enfants

La renommée de Sophie la girafe a commencé dès sa sortie dans les rayons des magasins de puéricultures. On se rappelle encore l’engouement en 1961. C’était la première fois qu’on pouvait admirer la beauté de ce jouet en forme de girafe blanche ornée de tache marron de 14 cm. L’entreprise Délacoste était fière de son produit. C’était l’un des premiers accessoires pour nourrissons qui était fait à base de 100 % de plastique naturel. Pour sa fabrication, la marque a opté pour l’utilisation de la sève d’hévéa et le savoir-faire des artisans français.
Plus qu’un animal de compagnie en plastique, Sophie la Girafe était une alliée pour le développement facile des enfants de moins de 3 ans. Complètement repliable sur lui-même, elle aidait les petits à optimiser leur réflexe et leur capacité motrice. Et d’ailleurs, quand ils font leur dent, Sophie la girafe était présente pour les aider à passer simplement cette étape douloureuse.
Nombreux sont ceux qui ont grandi avec ce jouet et l’ont encore dans leur chambre en guise d’article de décoration. En effet, la robustesse de ce dernier n’est plus à prouver. C’est d’ailleurs l’une des raisons qui ont poussé les parents à l’acheter.

L’incident de la moisissure : quoi en penser ?

Cependant, depuis quelques années, Sophie la Girafe vit des heures sombres. Après que l’association des consommateurs Que Choisir UFC ait classé ce jouet parmi les potentiellement dangereux, la marque Délacoste a du mal à rassurer les parents. Et après l’incident du BPA, voilà que la polémique de la moisissure Sophie la Girafe ne cesse de prendre de l’ampleur.
Depuis 2016, les risques de l’utilisation de Sophie la Girafe semblent vouloir prendre de l’ampleur. Réseaux sociaux, forums et diverses communautés virtuelles se déchainent. Un dentiste est à la base de cette situation. En effet, ce dernier a constaté que le jouet avec lequel l’enfant fait ses dents est moisi à l’intérieur. Des photos de ce produit sont d’ailleurs présentes sur la toile et augmente l’inquiétude de certains parents.
Néanmoins, la société Délacoste rassure les particuliers. Il ne s’agit que d’un incident isolé, un vice de fabrication. Cet article en particulier avait un trou dans la structure qui facilitait la circulation de l’eau de la bave et la présence de l’humidité : d’où les moisissures.
En outre, afin d’éviter tout problème, procéder au nettoyage fréquent de Sophie la Girafe est de mise selon les responsables de Vulli, le fabricant français du jouet.